Sélectionner une page
Accueil » Vers nous – 48 rue Saint-placide

Vers nous

RIVE GAUCHE, 48 RUE SAINT PLACIDE, PARIS VI

 

Prendre son temps, lever les yeux, déambuler

Suivez-nous, on vous emmène !

Descendez à la station de métro Sèvres-Babylone en plein cœur de Saint-Germain des prés, du Paris littéraire et artistique.

Face à vous, Le bon marché, pour le plaisir des yeux, uniquement.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, Le bon marché, qui n’est plus très bon marché, date du XIXe siècle. Un lieu qui a inspiré Zola pour son livre Au bonheur des dames. Après plusieurs agrandissements, Le bon marché est aujourd’hui le grand magasin de luxe de la Rive Gauche. Évidemment, ce n’est pas pour tout dépenser dans ces boutiques qu’on vous conseille d’y faire un tour… 😉 Ceci dit, tout au long de votre balade dans ce lieu mythique, levez les yeux, et observez attentivement ce qui vous entoure, vous remarquerez l’architecture propre au XIXe, mais aussi, contraste, des œuvres d’art contemporain. Vous apercevrez des toiles de Jean-Michel Alberola, Claude Viallat ou encore Mirna Krevic.

En sortant du Bon marché, traversez la rue de Sèvres, en regardant bien à droite et à gauche. Vous arrivez au début de la rue Saint-Placide.

Mais c’est qui Saint-Placide ? C’est vrai, on lit, on entend des noms de rue, comme ça, et on ne se pose même pas la question, ou si rarement… 

Saint-Placide était un discipline de Saint-Benoît, fondateur de l’ordre de Saint-Benoît (ou ordre des bénédictins). Et l’abbaye de Saint-Germain des prés était une abbaye bénédictine. Ceci explique cela. L’église de Saint-Germain est toujours là. Vous pourrez la visiter, mais pas maintenant, ce n’est pas le moment ! Ne vous dispersez pas.

Continuons. Maintenant marchez, mais en levant les yeux. Au 28 de la rue Saint-Placide (trottoir de droite), vous découvrirez une jolie tête de femme sculptée apposée sur la façade. 

Plus loin vous croiserez la rue du cherche-midi, la rue des antiquaires, celle aussi jonchée de petits restos pour ceux qui cherchent midi à quatorze heures, s’entend pour ceux qui cherchent un bistrot à 14 h…

Traversez. Continuez, mais pas trop vite, prenez votre temps. Parce qu’au 31, arrêtez-vous un instant.

C’est la maison dans laquelle est mort l’écrivain Huysmans.  D’ailleurs, nous, on aime bien cet extrait de Là-bas :

« Apprendre, deux, trois ans après, alors que la femme est inaccessible, honnête et mariée, hors de Paris, hors de France ; apprendre qu’elle vous aimait, alors que l’on n’aurait même pas, quand elle était là, osé le croire ! C’est le rêve, cela ! – Il n’y a que ces amours réelles et intangibles, ces amours faites de mélancolies éloignées et de regrets qui valent ! Et puis il n’y a pas de chairs là-dedans, pas de levain d’ordures ! S’aimer de loin et sans espoir, ne jamais s’appartenir, rêver chastement à de pâles appas, à d’impossibles baisers, à des caresses éteintes sur des fronts oubliés de mortes, ah ! C’est quelque chose comme un égarement délicieux et sans retour ! Tout le reste est ignoble ou vide. – Mais aussi, faut-il que l’existence soit abominable pour que ce soit là le seul bonheur vraiment altier, vraiment pur que le ciel concède, ici-bas, aux âmes incrédules que l’éternelle abjection de la vie effare. »

Au 33 levez les yeux encore, observez cette tête de félin, au 40 cette tête de femme, au 42 encore cette tête de femme, au 45 cette tête de lion rugissant, et au 48 plusieurs têtes. C’est nous !

Entrez, prenez votre temps, levez les yeux, déambulez.

On vous attend !

Livraison offerte à partir de 250€ d’achat

Paiement sécurisé

Livraison partout dans le monde

DONNEZ NOUS DE L'AMOUR

facebook icon leoca paris

RECEVEZ NOS NEWSLETTER